Quel statut juridique idéal pour être coach sportif indépendant ?

Quel statut juridique idéal pour être coach sportif indépendant ?

Vous êtes prêts à devenir coach sportif, mais la gestion administrative n’est pas votre point fort. L’activité entrepreneuriale impose quelques différences selon le statut que vous choisissez. On vous apporte quelques éléments de réponse afin de choisir la meilleure solution possible.

Peu importe si vous exercez à domicile, en ligne ou dans une salle de sport, être coach sportif correspond à une activité libérale. Rendez-vous sur le site de l’URSSAF, au Centre de Formalités des Entreprises (CFE) pour vous enregistrer en toute légalité. Au moment de définir le statut juridique de votre entreprise, plusieurs options s’offrent à vous selon votre activité.

L’auto-entreprise, ou auto-entrepreneur

Il s’agit d’une entreprise individuelle créée afin de simplifier la gestion administrative. L’objectif ? Remplacer l’ensemble des cotisations sociales, impôts et taxes par un versement unique proportionnel au chiffre d’affaires.

Vous pouvez bénéficier de ce régime à partir du moment où vous démarrez en tant que coach sportif ou si vous réalisez un chiffre d’affaires annuel inférieur à 33 100 euros. Etant donné que vous possédez un statut de micro-entreprise, vous pouvez bénéficier d’une franchise de TVA.

L’auto-entrepreneur s’acquitte de ses cotisations sociales par un prélèvement calculé sur la base d’un pourcentage du chiffre d’affaires encaissé. Ce pourcentage dépend tout simplement de l’activité que vous exercez :

  • 23,1 % pour les activités de prestation de services commerciales ou artisanales (BIC)
  • 22,9% pour les activités libérales (BNC)

Les prélèvements sociaux et fiscaux sont effectués tous les mois ou tous les trois mois, au choix. A noter que vous ne pourrez pas déduire vos frais professionnels ou vos charges sociales dans ce régime.

L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL)

Ce statut est une SARL à associé unique, c’est-à-dire que l’Etat sépare votre patrimoine personnel et professionnel. Cette forme d’entreprise vous offre deux options :

  • Se verser une rémunération librement si vous choisissez l’Impôt sur les Sociétés (IS)
  • Mettre votre bénéfice de côté puis déduire votre salaire selon le bénéfice que vous avez réalisé (dividende)

La création d’une entreprise EURL est complexe sur le plan administratif, elle demande un fonctionnement plus lourd que les entreprises individuelles. Vous devriez avoir recours aux services d’un expert-comptable pour vous accompagner.

L’entreprise individuelle (EI)

L’activité de coach sportif vous amène directement vers une entreprise individuelle en Bénéfices Non Commerciaux (BNC). Vous pouvez consulter la raison sur notre article dédié à ce sujet. 

En tant que Travail Non Salarié (TNS), le statut de coach sportif indépendant permet de choisir l’un comme l’autre. Dans le cas d’une entreprise individuelle, les charges sociales dépendent de votre bénéfice. A l’inverse, lorsque vous êtes auto-entrepreneur, le chiffre d’affaires est pris en compte pour calculer vos charges.

Point négatif de ce régime : votre patrimoine personnel comme professionnel se retrouve lié aux yeux de la loi. Un argument peu valable pour les coachs sportifs car il y a peu d’investissement à réaliser pour lancer votre activité.

La Société par Action Simplifié Unipersonnelle (SASU)

Cette forme d’entreprise possède une liberté juridique assez importante. Cependant, les formalités pour créer une SASU sont complexes, avec notamment la création de statuts. Elle sera plutôt coûteuse pour un coach sportif si vous vous arrêtez seulement à ce type d’activité.

Alice

Retrouvez-nous sur la page d’Assur Coach Sportif, et nos réseaux sociaux : Linkedin, Facebook et Twitter

Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp